La charte pour l’environnement du mouvement des foyers ruraux


Depuis sa naissance en l946, la FNFR a toujours été présente dans les grands débats engagés sur l’aménagement du territoire en général et sur le développement et l’aménagement des territoires ruraux en particulier, en partenariat avec les autres grands mouvements associatifs, les secteurs socio-professionnels et les élus politiques. La relance actuelle de ces débats qui s’ajoute aux réflexions de plus en plus prégnantes sur la qualité de l’environnement a conduit la FNFR à proposer une charte en dix points pour l’environnement

Le mouvement Foyer rural ...

1 - Acteur dans l’aménagement des territoires ruraux

* La FNFR exprime une fois de plus sa volonté d’être présente dans les débats sur l’aménagement du territoire afin de valoriser l’action quotidienne des militants bénévoles et professionnels qui agissent dans les nombreux villages de notre pays.

2 - Acteur dans la protection de l’espace rural

* Les Foyers ruraux, acteurs de terrain, vivent au quotidien les réalités territoriales et oeuvrent pour contribuer à la protection de l’espace rural, notamment la faune, la flore, l’eau, l’air, le sol...

3 - Acteur dans la lutte contre les pollutions

* Les Foyers ruraux, par leurs actions d’information et de formation, contribuent au maintien des espaces ruraux attractifs pour tous en évitant les dégradations des sols, des paysages, des milieux naturels...

4 - Acteur dans la réhabilitation des sites dégradés

* Les Foyers ruraux s’engagent à être présents aux côtés de tous ceux, notamment les collectivités locales, qui réhabilitent les sites dégradés par les activités humaines : décharges publiques, carrières...

5 - Acteur dans le soutien ou l’émergence des idées innovantes

* Les Foyers ruraux sont créateurs d’actions innovantes dans les nouvelles répartitions équilibrées de l’espace rural par l’organisation de loisirs et d’activités sportives et de pleine nature.

6 - Acteur dans la diffusion de l’information

* La FNFR contribue à valider et à valoriser les actions développées au sein du mouvement, mais aussi à diffuser des informations en matière d’environnement, de protection de la nature avec tous les foyers ruraux grâce à sa revue " Animer, le Magazine rural ", et aux documents produits à tous les échelons territoriaux, du local au national.

7 -Acteur dans la mise en place d’actions de formation à l’environnement

* Les Fédérations départementales et Unions régionales des Foyers ruraux revendiquent le droit de participer aux actions de formation en matière d’environnement aux côtés d’institutions plus spécialisées. Lors du congrès de Mende, les Foyers ruraux ont montré qu’ils étaient capables de structurer des formations adaptées aux acteurs locaux.

8 - Acteur pour créer des solidarités partenariales

* L’ensemble du mouvement est présent du local au national, voire au niveau européen, pour contribuer, aux côtés des socio-professionnels et des élus politiques, à développer des solidarités partenariales. L’étude et la protection de l’environnement sont de bons outils pour aborder cette renaissance des solidarités rurales au niveau des villages.

9 -Acteur pour de nouvelles relations ville-campagne

* Les Foyers ruraux ont toujours été des lieux d’accueil pour les populations locales et pour les nouveaux résidents. Si l’environnement est facilement lisible et compréhensible au niveau local, les éléments constitutifs (air, eau ...) de l’environnement dépassent les frontières communales, départementales, régionales, nationales. L’environnement concerne, au même titre, les citadins et les ruraux.

10 - Acteur dans la création d’un espace rural européen

* Les Foyers ruraux en particulier, la vie associative en général, s’inscrivent dans des actions portées par des groupes volontaires organisés, fort différents dans chacun des états membres de l’Union Européenne. Les Foyers ruraux continueront à travailler dans ce sens, notamment par le biais de thèmes liés à l’environnement, lors des sessions de l’Université rurale européenne.